Myself and I - Moi Même

Publié le par Dreamer

normal_a0139-000153.jpg

 

 

Etre maître de moi-même, je pense que c’est la chose que j’ai le plus désiré de ma vie jusqu’à présent. Comme Descartes qui disait souhaiter n’être guidé que par sa raison depuis le jour où il fut conscient c'est-à-dire n’avoir été influencé que par sa raison, n’avoir décidé qu’après aval de son esprit critique. Mais je pense qui si Descartes n’avait été guidé que par sa raison depuis toujours, il aurait été autre chose qu’un humain. J’affirme ceci parceque même s’il est évident que l’homme se définit par essence par sa raison, son intelligence ; son coté émotionnel, affectif n’en reste pas moins important.

Je ne pense pas que notre évolution dépende juste de notre matière grise nous sommes autre chose qu’un amas de réflexion, nous sommes intellect et émotion en même temps.

Ce qui nous rend très compliqué et très changeant.

Pour en revenir à moi et à mon souhait d’être maître de moi-même, déjà je pense que rien qu’en disant ça je souléve un certain débat c'est-à-dire qu’en parlant de voulir être maître de moi-même je suis entrain de sous entendre par-là qu’il y a un « moi » qui m’échappe et à fortiori qu’il y a en chaque être humain un « moi » susceptible de lui échapper.

Je donne un exemple, quand je suis en colére envers une personne et que je dise ou fasse certaines choses pas très spirituelles et qu’après réflexion je regrette, là je considére et à juste titre je crois qu’il y a eu un « moi » qui m’a échappé.

Ceci ne veut pas dire que je me perçois comme impulsif ou idiot, non, ceci veut simplement dire que je considére que je continu à être très affecté par des choses auxquelles j’aurai du normalement m’habituer. D’où mon réve d’être maître de moi-même.

En ce sens je cherche toujours à mieux penser, dépasser toutes sortes de préjugés, éviter de tomber dans le conformisme de masse c'est-à-dire penser sans écueils par rapport au juif, au chrétien, au musulman ou à l’athée. Penser sans idées reçues envers le riche ou le pauvre, envers le blanc, le noir ou le jaune, juste penser mais dans la peau d’un humain typique sans rajouts qui pourraient altérés ma recherche de vérités.

 

Voilà dans quelle optique je voudrais placer mon « moi » intellectuel.

 

Concernant mon « moi » affectif, émotionnel je pense avoir plus de travail à faire sur lui, je trouve ce dernier assez fragile bien qu’il y ait eu progrés. Ce qu’il faudrait à ce « moi », je pense, c’est une bonne dose d’égoïsme. Je veux dire par là oublier ce qui se passe au Soudan, au Zimbabwé, arréter de m’imaginer ce que doit être la vie d’un israélien ou d’un palestinien, arréter de penser à ce qui se passe ici au Sénégal, arréter de m’imaginer combien a du souufrir ma mére avant de mourir du cancer.

Oublier ce qui se passe dans ma propre famille, faire comme les autres « vivre tellement le mal qu’à la limite il devient banal ». Oublier mon « moi » vilain pour me concentrer sur mon beau « moi », arréter de revenir sur mes erreurs passées et me focaliser sur mes succés, penser à la BMW full option dernier cri, réver un peu quoi.

Voilà en termes clairs ce que mon moi affectif n’arrive pas à gérer, et arrivé la je me demande si je suis normal ou anormal ?

Peut étre ce qu’il me faudrait c’est trouver mon équilibre entre mes deux « moi ».

 

Peut étre qu’étre maître de soi veut simplement dire être équilibré.  

 

Publié dans Ressenti

Pour être informé des derniers articles, inscrivez vous :
Commenter cet article